Les 5 Éléments

Les 5 Éléments

Les Cinq Éléments (Wu Xing) forment la deuxième grande théorie fondamentale de la Médecine Traditionnelle Chinoise. C’est en fait un prolongement de la théorie du Yin/Yang. Ils constituent cinq modes de manifestation de la nature. Littéralement en chinois Wu correspond au chiffre cinq, et Xing signifie « faire un pas ».

On devrait donc normalement traduire Wu Xing par « Cinq Mouvements » ou « Cinq dynamismes énergétiques. » La traduction par l’expression Cinq Éléments suggère qu’il s’agit de cinq états de la matière.

 

symbolebois Le Bois (Mu)bois

L’idéogramme représente un arbre avec son tronc, ses branches et ses racines. Il signifie les caractéristiques d’extension et de croissance (la poussée) des végétaux. Par analogie, le Bois symbolise cette puissance centrifuge et vive qui se manifeste au printemps. C’est l’énergie du début, de la naissance, du développement Yang du potentiel qui s’est accumulé pendant la période Yin, statique, de l’hiver. À l’image de la graine qui germe et croît, le Bois représente le déploiement d’une grande force vers l’extérieur. Ce déploiement puise son énergie dans les réserves Yin de la nature. C’est pourquoi les racines, qui plongent sous terre pour y puiser les nutriments Yin sont aussi représentées sur l’idéogramme du Bois.

Les trois mois du printemps sont appelés : jaillir et déployer.
Ciel et Terre ensemble produisent la vie.
Les Dix Mille êtres, de là, sont vivifiés.
À la nuit, on se couche; À l’aube, on se lève.
On arpente la cour à grandes enjambées, cheveux dénoués, le corps à l’aise,
Exerçant le vouloir (vivre) pour la vie.
Faire vivre et ne pas tuer, donner, ne pas ôter;
Récompenser, ne pas punir.
Ceci est la voie propre aux souffles du printemps.
Qui répondent ainsi à l’entretien de la vie.
Aller à contre-courant porterait atteinte au Foie,
Causant, à l’été, des accidents dus au froid,
Par insuffisance de l’apport à la croissance.

Yue Ling (230 av. J.-C.)

 symbolefeu Le Feu (Huo)feu

L’idéogramme du Feu représente une flamme centrale et deux flammèches. Ce qui caractérise le Feu, c’est son activité perpétuelle, son bouillonnement, sa propagation rapide. Avec l’Élément Feu, le Yang atteint son apogée, sa pleine maturité. Les flammes changent à chaque instant de forme et de couleur. Le Feu est synonyme de variété, de diversité, mais aussi de combustion des réserves vitales Yin. Le Feu est cette force active qui s’élève et se propage, génère de la lumière et de la chaleur en consummant la matière.

Les trois mois de l’été sont appelés : prospérer et développer la fleur.
Les souffles du Ciel et de la Terre s’entrecroisent,
Les Dix Mille êtres fleurissent et fructifient.
À la nuit, on se couche; À l’aube on se lève.
On ne reste pas au soleil, exerçant le vouloir (vivre), mais sans violence,
Secondant en soi l’éclat de la beauté et de la force,
Qui accomplissent alors leurs promesses.
Il faut seconder l’écoulement des souffles
Dont il apparaît qu’ils aiment se trouver à l’extérieur.
Ceci est la voie propre aux souffles de l’été,
Qui répondent ainsi à l’entretien de la croissance à la vie.
Aller à contre-courant porterait atteinte au Coeur
Causant, à l’automne, les fièvres intermittentes,
Par insuffisance de l’apport à la récolte.

Yue Ling (230 av. J.-C.)

symboleterre La Terre (Ti)terre

Un monticule de terre érigé sur le sol symbolise l’Élément Terre. La Terre est le lieu de la production régulière et de la nutrition : aucune espèce qui ne tire ses nutriments des produits de la Terre. À la fois lieu de croissance et tombeau de toute forme de vie, cette puissance lourde et massive transforme lentement toute chose pour nourrir les dix mille êtres. C’est ainsi le lieu de la stabilité, de l’équilibre paisible des forces.

symbolemetal Le Métal (Jin)metal

Un gisement d’or caché aux regards indiscrets, avec quatre galeries recelant des pépites représente l’Élément Métal. Le Métal est extrait des minéraux que recèle la Terre. Avec le Métal, le mouvement vital retourne vers l’intérieur, le Yin. Enfoui, dense et dur, son dynamisme est centripète. C’est la plus dense de toutes les formes d’Énergie, produite par le repli de l’activité vitale vers l’intérieur. L’Élément Métal a pour caractéristiques de rassembler, collecter et séparer. Avec le Métal, la vie s’individualise, ses contours sont tranchés et, partant, la notion de valeur apparaît. Le Métal représente cet Élément précieux et pur, issu du mouvement de densification de l’Énergie.

Les trois mois de l’automne sont appelés : surabonder et équilibrer.
Les souffles du Ciel se font pressants,
Les souffles de la Terre ont de la munificence
On se couche tôt, on se lève tôt.
On fait le coq; Exerçant le vouloir (vivre) paisiblement et tranquilement,
Pour adoucir l’effet répressif de l’automne.
Récoltant les esprits et amassant les souffles,
Pacifiant les souffles de l’automne, sans laisser la vitalité se répandre au dehors.
Rendant clairs et frais les souffles du Poumon,
Ceci est la voie propre aux souffles de l’automne,
Qui répondent ainsi à l’entretien de la récolte de la vie.
Aller à contre-courant porterait atteinte au Poumon,
Causant, à l’hiver, des diarrhées
Par insuffisance de l’apport à la thésaurisation.

Yue Ling (230 av. J.-C.)

symboleeau L’Eau (Shui)eau

Avec l’eau, le mouvement de la vie renoue avec ses sources profondes. Dans la nature, l’Eau suit toujours le plus court chemin vers le bas, elle descend inexorablement, et lorsqu’elle est retenue, elle s’accumule et tend vers l’immobilité. L’Eau épouse les contours de son environnement. Elle incarne la passivité du Yin. Fluide et sans forme, elle est pourtant la source à laquelle s’abreuvent toutes les formes de vie. Symbole d’accumulation et de conservation, l’Élément Eau représente ce mouvement vital dans lequel les choses atteignent leur point d’accumulation et de repos maximal.

Les trois mois de l’hiver sont appelés : fermer et thésauriser.
L’eau gèle, la terre se fendille; On n’a plus rien à voir avec le Yang.
On se couche tôt, on se lève tard.
Il faut tout faire selon la lumière du soleil, exerçant le vouloir vivre
Comme enfoui, comme caché et s’occupant seulement de soi.
Comme sur soi arrêté, se possédant soi-même
Il faut fuir le froid et rechercher la Chaleur
Il ne faut rien laisser s’écouler par les épaisseurs de la peau,
De peur de perdre tous les souffles.
Ceci est la voie propre aux souffles de l’hiver,
Qui répondent ainsi à l’entretien de la thésaurisation pour la vie.
Aller à contre-courant porterait tteinte aux Reins;
Causant, au printemps, des affaiblissements,
Par insuffisance de l’apport à la production de la vie.

Yue Ling (230 av. J.-C.)